OK

Les fours

Le verrier prépare la matière verre dans un four de fusion. Il retravaille ensuite le verre dans un autre type de four.

Le four de fusion est le creuset dans lequel le verre est élaboré à partir du mélange des matières vitrifiables.

Dans un four à creuset ou four à pot, on procède à quatre opérations successives : la fusion (passage des matières à l’état liquide), l’affinage (élimination des gaz produits par réaction chimique durant la fusion), l’homogénéisation de la masse, le conditionnement thermique (diminution de température pour permettre son utilisation). La température y est généralement de 1200 à 1600o C, et de 1000 à 1300o C pour la dernière phase.

Le procédé date de l’antiquité. La Glasi Hergiswil utilise ce type de four. Après 5 à 7 ans, le four doit être éteint, refroidi et démoli. Sa reconstruction à neuf, à la main, dure deux mois.

Un four à bassin permet de procéder à tous ces travaux en continu. La masse de verre s’écoule dans un long couloir en matière réfractaire où s’effectuent les étapes de fabrication. On introduit les matières premières à une extrémité et on retire le verre fondu à l’autre. C’est le four utilisé par l’industrie ; la mécanisation permet d’importantes cadences de production.

Les premiers fours à bassin apparaissent au XIXe siècle. Les critères économiques et environnementaux exigent une amélioration constante du matériel.

La durée de vie – on parle de « campagne du four » maximum d’un four à bassin est d’une douzaine d’années. Thermo Fisher à Romont doit reconstruire son four après 6 ans déjà.

Le four à temporiser est celui dans lequel le verre refroidit lentement afin d’éviter qu’il n’éclate.

Vitroparcours Au Château Postfach 225 CH-1680 Romont Tel. +41 (0)26 652 18 34 Fax +41 (0)26 652 49 17 cr:vasb:ivgebcnepbhef.pu